Notre Vertu Inexorable à Oublier les Lâches, une pièce nécessaire

Notre Vertu Inexorable à Oublier les Lâches, une pièce nécessaire

Crédit photo : Emeric Gallego

Vous pouvez retrouver ce spectacle pour la dernière le dimanche 19 décembre à 20h00 au théâtre de la Croisée des Chemins.

«Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui ou sur la personne de l’auteur par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol ». Il est temps que la peur change de camp.

VIOL, c’est une pièce mise en scène par Amélie et Béatrice Hennes, qui dénonce l’impunité et la banalisation des violences faites aux femmes. La compagnie Les Attentives nous renvoie en pleine figure la si grande proportion des femmes abusées, violentées au quotidien en France et dans le monde. Des chiffres si glaçants qu’on a du mal à réaliser. Une pièce féminine, féministe, mais pas que…

Au plateau, six femmes avec leur histoire, et un homme. Un homme pour ne pas oublier qu’il y a toujours un proche, un ami, un frère, un amant, qui se retrouve parfois dans le rôle de témoin et d’aidant pour la victime. Car oui, dans cette pièce, on suit des victimes, mais des victimes pleines de force et d’espérance. Ces femmes nous racontent en musique, leurs histoires, ce qui leur est arrivé ou ce qu’il aurait pu leur arriver si une bonne personne n’était pas arrivée à temps. Un mot qui résonne dans nos cœurs : sororité. Une parole portée, un cri de désespoir qui nous traverse, nous spectateur, homme ou femme, et qui nous renvoit à notre propre fragilité.

Une mise en scène efficace, un code couleur esthétique, une ambiance sonore en direct et de la musique : un mélange subtil bien amené et très agréable. Des chants bien écrits, des comédien.nes sublimes et un message fondamental : voilà la recette d’un spectacle intelligent.

Il y a un signe dans ce spectacle, j’ai passé la pièce à me demander ce que cela pouvait être. J’ai eu une idée, et je me suis dit que non c’était impossible car trop fréquent… Et pourtant si, vous le découvrirez. Mais bravo pour ce petit message caché : très efficace, il aurait même pu être caché plus longtemps !

J’espère que VIOL se jouera dans des écoles, car c’est l’éducation et la transmission qui évite souvent beaucoup de souffrance.

C’est N’importe quoi ! une comédie en demi teinte

C’est N’importe quoi ! une comédie en demi teinte

Encore deux vendredis pour aller voir C’est n’importe quoi ! au théâtre de Naples à 21h00

Une comédie d’une heure trente, quatre comédiens sur scène, un poisson et du culot. Ces quatre amis se réunissent à l’occasion de  l’anniversaire de Baptiste, et tout tournera autour du futur projet du metteur en scène. Celui-ci a pour ambition de réaliser à l’insu de ses amis, un court métrage en direct de la soirée d’anniversaire. Une soirée rocambolesque où se mêleront débats sur le féminisme, révélations sulfureuses et fous rires.

Première comédie co-écrite par Benjamin Martin et Baptiste Souriau, C’est n’importe quoi offre aux spectateurs de nombreux moments de rire, mais aussi quelques moments de solitude. Un rythme inégal, une énergie disparate entre les quatre comédiens qui laissent parfois le spectateur dubitatif face à certaines blagues. J’ai néanmoins réussi à m’accrocher et à attendre un déclic à partir de la deuxième phase du spectacle beaucoup plus prenante. Problème d’écriture ou de forme des comédiens ce soir-là, je ne sais pas. Le sujet de la pièce est toutefois intéressant. L’attente d’une troupe auprès de son metteur en scène, le syndrome de la feuille blanche, la haine-amitié : des sujets très vrais qui ont le mérite d’avoir été mis en scène dans cette pièce. 

 

J’ai redécouvert mon cher Benjamin Martin, que j’avais déjà eu le plaisir de voir dans d’autres pièces. Son humour et sa délicatesse dans le jeu sont très justes. Un jeune comédien bourré de potentiel, que j’ai hâte de voir dans d’autres registres.

Jeune, rafraîchissante et dynamique, il vous reste encore deux soirs pour profiter de cette pièce.

Si près des profondeurs, une ode à la vie

Si près des profondeurs, une ode à la vie

Encore trois dates pour cette pépite au Lavoir Moderne Parisien à 19h00 !

 

Camille Davin met en scène trois personnages d’une sincérité touchante.
Notre belle déesse des eaux interprétée par Fernanda Barth, un marin en pleine reconversion professionnelle joué par Mathieu Saccucci et enfin notre jeune soudanais interprété avec finesse par Alexandre Prince.

Ces trois personnages qui n’étaient d’apparence pas du tout amenés à se rencontrer, se retrouvent avec leurs destins liés dans une ronde aquatique. Comment quitter la mer qui vous arrache à votre famille pour trouver un métier sécurisant ? Comment retourner dans son pays en guerre après avoir tellement lutté pour arriver en France ? Qui choisir de sauver, d’épargner, ou de laisser sombrer dans les abysses ? Un trio accompagné par le percussionniste Léo Flank qui rythme en direct les tableaux où notre déesse Brésilienne prend la parole.

Le texte a été écrit à partir d’interviews de marins en Bretagne, mais également de témoignages de migrants. On entend pendant la pièce quelques bribes de leurs récits, déchirants de véracité. Cette parole donne encore plus de puissance à ce texte déjà plein de questionnements. J’ai trouvé la mise en scène très belle, avec une déesse marine directement émergée des mythes marins les plus spectaculaires. Une robe d’eau, mouvante et suave, nous enivre et nous ensorcelle dans les bras de cette divinité. Je suis d’ailleurs restée un long moment dans une sorte de flottement suite à cette scène, littéralement happée par la magie de l’instant.

Au bout d’une heure, les lumières s’éteignent, les personnages sont là dans la pénombre, et je vous promets qu’on a aucune envie d’applaudir tellement on s’accroche à l’espoir que le spectacle ne soit pas terminé. Mais si, nos trois anti-héros nous quittent vers trois chemins différents et pourtant si semblables.

Un très beau moment de poésie contemporaine, sur des sujets puissants autour de l’immigration, l’industrialisation de la marine, le suicide, l’amour et la foi. Pour tous les âges je recommande chaudement. Il ne reste plus que trois dates alors foncez au Lavoir Moderne, qui encore une fois, nous propose une programmation de qualité.